Aswin Lutchanah

Hybrid Social Media Manager

Stéphanie

(en hommage à Michael Jackson)

Telle une reine de beauté
Sortie d’une scène de ciné
Elle commença à danser
Me désignant comme son cavalier

Elle me dit qu’elle s’appelait Stéphanie, en faisant une telle scène,
Que toutes les têtes se tournèrent vers moi, sans gêne,
Ils revèrent d’être sa proie
Mais elle m’avait choisi, moi

Je me rappelais de ce qu’on me disait
De toujours faire attention à ce que je faisais
Et de ne pas laisser derrière moi des coeurs brisés
Juste pour le plaisir de m’amuser

Ma mère me disait toujours
De faire attention à celle que j’aimerais
Car un mensonge se transforme vite en vérité
Dans les jeux de l’amour

Stéphanie n’était pas ma maîtresse
C’était juste une fille qui prétendait l’être
Avec son enfant, elle me pointait comme un traître
Qu’elle voulait voir en détresse

Pendant 40 jours et 40 nuits
La justice était de son côté
Mais qui pouvait se douter
Que ce n’était que du bruit?

Personne ne doutait que c’étaient des pièges machiavéliques
Car on avait dansé ensemble dans la ronde
Sur la piste devant tout le monde
Ma situation devenait tragique

Elle avait dit au bébé qu’on allait danser jusqu’à 3 heures
Puis elle me regarda et me montra une photo où le bébé était en pleurs
Ses yeux ressemblaient aux miens
Mais, je ne voulais pas de ces liens

Elle était venue à côté de moi
Son doux parfum m’avait mis hors de moi
Puis tout s’enchaîna rapidement
Et dans son lit, je n’ai pu résister à mes battements

Mais cet enfant n’est pas le mien
Elle ne peut m’imposer ce lien
C’est sûr qu’elle en est la mère
Mais, je n’en suis pas le père !

Aswin Lutchanah

Devenez fan de ma page d’auteur

Posted In: French poems, Poems

Tags: ,

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.